Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

L'enfer des devoirs...

Je sais pas vous mais moi, les devoirs, c'est l'enfer avec mon grand. Et on est qu'en CE2 !

Dès la première semaine, on a bataillé ferme pour apprendre assiette et cuillère et je suis me dit qu'on ne pouvait pas continuer avec une guerre mondiale chaque soir où il est fatigué (parce qu'il est de fait fatigué tous les soirs!), puisque la masse de travail personnel va logiquement augmenter au fur et à mesure des mois et des années.

Je ressens le besoin de l'aider, car j'ai constaté l'année dernière, et cela se poursuit cette année, qu'il a besoin de beaucoup plus de temps que ce que l'école ne lui accorde pour réaliser exercices et évaluations. Du coup, soit il stresse, se sent obligé d'aller vite et ne va pas au bout de son raisonnement, soit il écrit à l'envers, ce qui est compté faux, soit (et c'est très souvent le cas) il n'a pas le temps de finir.... soit un mix des trois.

Pourtant, ce sont des choses qu'il connaît ou qu'il sait très bien retrouver s'il a le temps et qu'il est en confiance.

En conséquence, ce qu'il restitue à l'école, n'est pas du tout le reflet de ce qu'il sait, et le résultat que lui renvoie l'école le renvoie à l'échec et au découragement.

Il aime apprendre énormément de choses, il est super curieux, mais les choses purement scolaires, les additions, les multiplications, les mots, il n'aime plus du tout ça. Et c'est dommage, car on est qu'au CE2 et que je n'ai pas envie qu'il souffre pendant les 9 prochaines années.

J'aimerais donc accompagner mon fils vers une réconciliation avec l'école. Mais comment?

La première des choses pour moi, ça a été de me poser et d'identifier les différents éléments de l'équation.

  • La concentration : lors des devoirs, j'ai l'impression que sa capacité d'attention n'excède pas quelques secondes à quelques minutes, alors qu'il n'est en rien diagnostiqué hyperactif et n'en présente aucun symptôme.
  • La mémorisation : j'ai l'impression que c'est lié à la concentration, il est capable de répéter (ou écrire) plusieurs fois une multiplication ou un mot, mais en réalité, ça ne l'aide pas à retenir et à apprendre l'info durablement. Pourtant, il n'a pas de problème de mémorisation quand le sujet et concret et l'intéresse, juste, lorsque c'est abstrait pour lui, ou qu'il n'en voit pas l'intérêt, ça ne rentre pas.
  • La dépréciation de lui-même : il abandonne très vite mentalement quand il est confronté à quelque chose qu'il ne sait pas encore, à un échec, à une erreur.
Concernant la question de la concentration et de la dépréciation de lui même, j'ai été regarder le site grandir zen, qui est vraiment une mine d'or. J'y ai trouvé des petits exercices rigolos de concentration mais aussi de confiance en soi.

Pour la restitution, je teste plusieurs pistes :
Déjà, j'essaye de lui redonner confiance en ce qu'il sait en lui disant que pour moi, le principal est qu'il connaisse ces notions. Qu'il soit en difficulté quand l'exercice est chronométré, je le comprends très bien, j'ai moi même très mal réagi à certaines situations de stress, en particulier au conservatoire où, malgré le fait que je progressais normalement en cours, j'étais strictement incapable de produire un morceau potable lors des examens.
Donc, on reprend les choses qu'il n'a pas terminées ou qui sont recouvertes de rouges en évaluation, tranquillement, à la maison, pour lui montrer qu'en fait, il sait. Et que c'est le principal.
 
Parallèlement, je cherche des moyens pour automatiser ou rendre plus fluide ce qu'il sait, en espérant que petit à petit ça augmente sa confiance en lui et sa rapidité lors des exercices chronométrés et des évaluations.

En orthographe,
  1. On essaye de parler du mot, de voir ce qu'il a de particulier, de rigolo, les lettres muettes. ça nous arrive aussi de raconter l'histoire du mot quand elle explique son orthographe.
  2. Quand je l’entraîne pour les dictées, je dis le mot, puis "alors, ce mot, il a quoi de spécial?", ce qui lui permet de répondre : "ha oui ! il a 2 F et un E muet...". Ça a pour effet de le remettre sur les rails de la concentration et de la mémorisation.
  3. Je l'encourage alors à prendre un tout petit temps à l'école en situation de dictée pour se remémorer ce que le mot que son maître lui demande d'écrire a de spécial, pour lui donner les moyens de se mettre sur les rails même quand je ne suis pas là.
A priori, de ce que je peux vivre au moment des devoirs et de ce que j'ai pu voir dans son cahier du jour, ça fonctionne plutôt bien.
 
En calcul, et en particulier en calcul mental, j'ai recherché des jeux à faire avec lui pour automatiser les calculs simples et les transposer ensuite aux calculs plus complexes.

Le calculator : j'ai trouvé ce jeu grâce à pinterest et je l'ai adapté à ma sauce. J'ai enlevé les cases "division" et "le compte est bon" puisqu'on en est pas encore là et j'ai proposé les règles suivantes :

 

  • on joue tous ensemble, pas les uns contre les autres. Il n'y a donc qu'un pion (une capsule de bière, hum hum, DIY power), qu'on avance d'une case par calcul, on fait les calculs chacun notre tour. J'ai ressorti les cartes fabriquées lors de l'apprentissage de l'addition au CP, on les tire (plus ou moins) au hasard pour former les calculs.
  • On adapte la difficulté du calcul à la personne : pour papa et maman, on peut charger la mule, pour mon grand, je commence par une addition/soustraction de type [deux chiffres + un chiffre], et multiplication très simple,
  • il a le droit de trouver sa propre méthode de calcul (et c'est même le but !)
  • Rien n'est chronométré, il n'y a pas de pression de temps.
  • Pour ma pucinette qui veut bien évidemment participer, on lui réserve des additions et des soustractions très simples qu'on transpose en cookies : "s'il y a 5 cookies et que ton frère en mange 2, il en reste combien dans l'assiette?"

Je n'ai pas encore assez de recul pour voir si ça lui apporte quelquechose. En revanche, j'ai constaté que ses méthodes de calcul sont TRES sinueuses et très peu automatisées, ce qui explique sans doute en partie pourquoi il est très peu efficace en calcul mental.

Le mémory multiplication : je l'ai trouvé sur ce site. Il s'agit de commencer table par table, pour les mélanger à la fin quand l'enfant est à l'aise.
J'ai trouvé l'idée très chouette, néanmoins après un premier test, je pense qu'il faut que je commence par la moitié de la table, puis l'autre, avant de passer à la table entière.


J'ai également que je vais tenté la formule "couac couac", qui est rigolote également et très rapide à réaliser. Je ne l'avais pas proposée d'emblée mais mon loulou a trouvé la cocotte et a embrayé de suite, j'en ai profité !

 

 
Voilà pour les choses en test.
Je teste également de mettre en place un rituel pour les devoirs, avec un petit exercice de concentration, un exercice court rigolo de calcul (cocotte, memory ou calculator version ultracourte), puis les devoirs en eux-mêmes. Mais je suis attentive aux réactions de mon fils et prête à m'adapter si je sens que je suis à côté de la plaque.

Et vous, comment aidez-vous vos enfants qui ne sont visiblement pas très scolaires ?

 

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

shirliky 06/06/2018 12:48

article génial!

Zephyra 05/06/2018 10:48

Bonjour,
Je voudrais vous conseiller les vidéos sur la mémoire que fait un youtubeur nommé Fabien Olicard. Il faut fouiller un peu sur sa chaîne, car le contenu est assez éclectique, et les techniques qu'il développe pour la mémoire, notamment, sont peut-être un peu poussées pour un élève de CM2, mais il n'est pas impossible que cela puisse aider votre fils dans un futur relativement proche. Qui plus est, il n'est jamais trop tôt pour travailler sa mémoire. Personnellement, ce sont des techniques qui m'ont bien aidées pour aborder plus sereinement mes examens. J'espère que cela aidera votre fils également

Manon 14/04/2018 15:52

Votre article appuie bien là où ça fait mal. Les devoirs, déjà ras-le-bol dès le CE2. Je suis orthophoniste je vois ça toute ma semaine, tous les jours, sous différents aspects à tous les âges chez mes jeunes patients. La formule "pas très scolaires" m'a fait rire car ça pose la question c'est quoi en fait, être scolaire? Apprendre par coeur sans trop se poser de question la plupart du temps.
Je trouve vos techniques très inspirantes et votre travail pour cibler les difficultés remarquable.
J'utilise pas mal en cabinet l'imagerie mentale: comment la personne apprend, en entendant la leçon, en s'imaginant une histoire ou en voyant son cours sous ses yeux. Quand on se rend compte de comment on a tendance à apprendre, je trouve que c'est plus simple de voir ce qu'on peut améliorer. Pour le par coeur et l'automatique, pas de secret, la répétition intensive.
J'ai une maman dans ma patientèle qui a clairment décidé de ne pas passer plus de 30 minutes par jour aux devoirs. Je comprends parfaitement son choix et je pense que parfois, l'essentiel est ailleurs. Bon courage!

Camille 05/04/2018 09:52

Bonjour, l'automatisation est la clé, vous avez raison d'en faire une priorité ! Pour le calcul mental, deux jeux qui aident vraiment : Poule mouillée et Multiplipotions. Les parties vont vite, on a le temps d'en faire une ou deux le soir après manger :-)

Alice 14/12/2017 18:57

Alors deja moi j’essaie le we de faire 4 mini sessions de devoirs plutot que 1 grosse
Ensuite on cherche plein de moyens memotechniques des qúon peut ! Parfois je lui demande « il est ou le piege ? » et par ex on verifie ensemble tous les pieges possibles dans une phrase (la majuscule , le pluriel , la conjugaison)
Pour le reste probleme d’ecriture alors tant pis on a des seances de psychomotricite a notre charge entierement

Jennifer 08/12/2017 16:15

Pour mon grand qui n'est pas très à l'aise à l'école, on a opté pour ce genre d'amusements pour sortir de l'idée du travail. Pour les lenteurs d'écritures, une "spécialiste" nous a aidés avec des exercices de brain gym pour la concentration ( Brain Gym - Bouger pour apprendre Francine Driès) et d'intégration motrice primordiale (massages, lancers de balle,...). Résultats vitesse d'écriture multipliée par 3 en 4 mois (depuis nous avons arrêté !!) sans avoir touché un stylo et un petit gars bien dans ses baskets qui a retrouvé de la confiance même si l'école n'est toujours pas ce qu'il préfère.

Mag 24/11/2017 15:23

Très bon article, intéressant et rassurant pour nombreux parents je pense. Je pense utiliser l'outil "étymologie" proposé ici. Un CE2 "catastrophique" psychologiquement parlant l'an dernier = dégoût de l'école et crises de larmes à l'idée de faire les devoirs - alors qu'il SAIT faire, beaucoup de remise en confiance, d'encouragement et de dédramatisation de ma part en mettant l'accent sur le PLAISIR D'APPRENDRE). En CM1 cette année, la joie d'aller à l'école est revenue (changement d'instit' et évaluations + régulières donc bcq moins stressantes, c'est une routine en qqsorte). De nouveau "blocage" pour les devoirs de français à l'écrit depuis quelques semaines. Mon fils est bcq trop LENT et ça l'angoisse... (je viens de le comprendre !). Donc, c'est simple : il fait ses devoirs à l'ORAL (ex. il conjugue et épelle... / je note sur son cahier qu'il a fait ses devoirs à l'oral, je signe). La maîtresse valide et confirme que l'IMPORTANT c'est que l'enfant COMPRENNE. Ouf ! Joie de vivre et faire les devoirs retrouvée.

MARY 08/11/2017 13:27

Je retrouve exactement le meme problème avec mon fils en CM1 le plus problématique c'est les poésies
je ne sais pas comment faire pour l'aider .

Mag 24/11/2017 15:26

Bjr, si votre enfant est "visuel", peut-être accompagner le poème de gestes, mimes (ça aide mon fils pour les poésies les plus imagées). Et répéter peu, en morcelant bien mais souvent...

elodie 26/10/2017 13:21

bonjour
très intéressant ce post . Pour ma part je suis enseignante et face à la difficulté de certains loulous en classe j'alterne les différentes pédagogies : sur cahier et ardoises mais aussi par le biais d'expérience et surtout les jeux qu'ils adorent.

delph_phine 09/10/2017 15:17

bonjour, je me reconnais tellement dans cette article !! ma fille est également en CE2 et elle est dyslexique en plus!!
Pour des questions de fabrications à quoi servent les fantômes du calculator? Et les cartes avec les chiffres vous en faites beaucoup?
merci d'avance!!

Linette_sortezdevosconapts 09/10/2017 15:30

Bonjour !
les fantômes ce sont des passages secrets si on a pas le temps/l'envie de le faire complet :p

Et pour les cartes de chiffres, j'en ai fait 2 jeux de zéro à 10!

manon dixneuf 04/10/2017 10:26

Bonjour,
Votre expérience est une réalité, le problème est l'éducation à l'école qui est morose et ininteressante pour les enfants et je le rappele normalement dans la loi les devoirs à la maison sont INTERDIT c'est contre productif (Ce que dit la loi. La circulaire du 29 décembre 1956 est sans ambiguïté : "aucun devoir écrit, soit obligatoire, soit facultatif, ne sera demandé aux élèves hors de la classe", en primaire. A l'époque, déjà, "l'intérêt éducatif limité" des devoirs écrits à la maison était pointé du doigt.) alors certes un investissement des parents est bien mais si les sujets n'interessent pas les enfants il ne retiendront rien.
C'est une très bonne idée de developper l'apprentissage sur le jeux comme la méthode montessori, les enfants ont besoins de support concret réel matériel pour comprendre les bases et ça les écoles l'ont bien oublié! Si je pouvais financièrement je mettrais mon loulou, qui entre en CP l'année prochaine, dans une école montessori...en tout cas bravo pour votre determination et votre implication pour votre fils!

Linette_sortezdevosconapts 04/10/2017 10:31

Bonjour Marion,

Il n'y a pas de devoirs écrits ;) juste des choses à préparer (dictées, poésie, leçons etc)

sophie 03/10/2017 15:15

Bonjour, chez nous c'est instruction en famille depuis toujours :-) Ca ne va pas vous aider.....
Mes enfants sont "grands" 13 ans et 9 ans. Ma grande de 13 ans fréquente l'école depuis mars dernier (car j'ai eu un gros pépin de santé) et je m'arrache les les cheveux face au non sens de l'instruction au sein de l'école. Depuis, elle y passe un temps fou et n'apprends plus rien :(

Rendre les enfants acteurs de leur instruction c'est la clé je pense. Et puis aussi aller à leur rythme.
Je fonctionne en pédagogie montessori depuis 10 ans. Le concret pour les maths (difficile de tout résumer dans un commentaire car bien entendu cela va au delà de cela!) permet de comprendre (et aussi à nous adulte!). Etymologie pour l'orthographe et garder les yeux ouverts sur le monde.
Bon courage à vous et merci pour votre blog, c'est la 1ere fois que j'ose un commentaire!

Isa 03/12/2017 21:18

Instruction en famille depuis la rentrée. Sérénité retrouvée, plaisir d'apprendre chacun à son rythme. Fini le stress ! Il n'y a pas qu'un seul modèle de réussite et celui choisi devrait passer par l'épanouissement des enfants. Malheureusement, il semble que l''Éducation Nationale en soit loin... Bon courage !

Linette_sortezdevosconapts 03/10/2017 15:38

hooo merci alors pour votre comm <3

Lauriane 02/10/2017 11:58

Merci pour toutes ces idées ! Ici, le grand est en CE1, et au moment des devoirs, il est clairement fatigué... Quand il n'oublie pas ses cahiers à l'école !!!

Linette_sortezdevosconapts 04/07/2018 11:23

coucou !
Ha non, il n'y a strictement aucun souci de lecture, bien au contraire ! C'est la fatigue attentionnelle le problème. Ce jour là, assiette et cuillère ne passaient pas parce que son cerveau était fermé, mais la veille ou le lendemain, il aurait appris sans problème (d'autant qu'assiette, il connaissait le mot lol )

Flo 04/07/2018 07:36

Je lis ton message un peu tard. J'espère que ça va mieux avec ton fils. Pour le calcul, tu as raison d'entraîner les automatismes, c'est le plus important (je suis professeur de mathématiques...). Une fois qu'il verra qu'en connaissant bien ses tables, il va beaucoup, beaucoup plus vite, le reste suivra. Et le faire de manière ludique c'est une très bonne idée. Tu peux regarder aussi du côté des jeux (comme triominos...). Entraîne-le sans qu'il s'en rende compte en lui faisant faire la cuisine (encore mieux si tu peux prendre une recette, et demander de faire le triple de la quantité, par exemple). Le bricolage, c'est très bien aussi (s'il faut mesurer, additionner...) Pour les tables, ne néglige pas celles d'addition, et surtout, il est essentiel qu'il connaisse les sommes qui font 10 (1 + 9, 2 + 8, 3 + 7...). Fais-lui remarquer qu'il suffit d'apprendre la moitié des tables (ça le motivera peut-être), donne-lui les astuces pour la table de 9.
Qu'en pense son professeur? Je pense que tu as intérêt à le rencontrer, déjà pour savoir comment il est en classe (en tant que parent, on a parfois une idée déformée du comportement de son enfant en classe, et je te le dis en tant que mère). Et probablement que lui ou elle aura des pistes pour l'aider.
Au passage, c'est quoi cette histoire d'assiette et de cuillère? Ça ressemble à de la méthode semi-globale... es-tu sûre que la lecture ne pose pas problème? Je serai toi je ferais faire un bilan chez un ortophoniste rapidement (la fatigue et la lenteur pourraient bien être expliquées par des difficultés de lecture, mais s'il travaille dur, peut-être qu'il arrive à compenser, mais au prix d'un épuisement en fin de journée).
Bonne chance à toi et à ton fils!